La qualité de l'eau

La qualité de l'eau

Caron rend les piscines plus propres, dans tous les sens du terme. Nous avons opté pour la technique de traitement de l’eau la plus naturelle et performante, l’électrolyse de sel. Cette technologie apporte du confort à nos clients, car l’eau est en permanence cristalline et sans odeur. C’est également moins de pollution, car il n’y a pas besoin d’ajouter de produit d’entretien, ce qui limite les rejets chimiques dans la nature.

Notice d'utilisation Chlore Naturel CP12

Comment utiliser et entretenir votre électrolyseur Chlore Naturel CP 12 ?

Télécharger la notice CP 12

Entretien périodique d'un électrolyseur - Comment assurer la maintenance et l'entretien d'un électrolyseur ?

SUIVANT LES BESOINS (une fois par semaine en saison)

  • Contrôler et mesurer le pH de l'eau (idéal à 7,20)
  • S'assurer que le niveau de désinfectant est adapté aux besoins du bassin pour ne risquer aucun dégât sur les équipements (liners, éléments métalliques immergés, ...)
  • S'assurer que le temps de filtration quotidien est adapté à la fréquentation
  • Vérifier le niveau d'eau de la piscine
  • S'assurer que les électrodes ne soient pas recouvertes d'un cristal de carbonates
  • Effectuer le rinçage acide des électrodes si nécessaire

TOUS LES MOIS

  • Vérifier et mesurer la salinité de l'eau
  • Contrôler le niveau de désinfectant et la production de l'appareil
  • S'assurer qu'aucune fuite ne soit apparue. Contrôler le compteur d'alimentation en eau

AU PRINTEMPS

  • Prévoir la remise en route de l'installation si la température de l'eau dépasse 12°C
  • Vérifier le serrage des connexions au niveau de la cellule
  • Les graisser éventuellement
  • Graisser (graisse silicone) les joints toriques au niveau des sorties Unio
  • Graisser (graisse silicone) le joint torique de la plaque support des électrodes
  • Contrôler tous les paramètres physico-chimiques de l'eau (après homogénéisation)
  • Vérifier la salinité (qui doit être au moins de 5 grammes/litre)
  • Vérifier les niveaux de stabilisant (acide iso-cyanurique)
  • S'assurer que la ventilation du local technique n'est pas gênée
  • Contrôler l'équilibre chimique de l'eau (pH, TAC, et TH). Corriger les paramètres si nécessaire

AUTOMNE (préparation à l'hiver)

  • En cas d'hivernage actif, prévoir un temps de fonctionnement court de l'ordre de 1 à 2 heures par jour, c'est la température de l'eau qui prime
  • Inspecter les tuyauteries apparentes pour toute trace d'humidité (deux fois/an)
  • Prévoir l'arrêt de l'installation uniquement si la température de l'eau est inférieure à 12°C
  • Vérifier les raccords et la ventilation ds appareils conformément aux instructions
  • Déposer l'appareil si le local technique est très humide ou susceptible d'être inondé
  • Stocker l'appareil en cas de dépose dans un endroit sec
  • Hiverner l'eau avec des produits d'hivernage classiques compatibles avec le chlore

Hivernage ELYSA : les Consignes d'hivernage de ELYSA (électrolyseur)

Dès que la température atteint ou est inférieure à 12°C, il faut alors envisager d'hiverner votre piscine et votre électrolyseur.
 

RAPPEL : L'électrolyseur de sel produit le désinfectant pendant la durée de la programmation. Seule une analyse d'eau régulière permet d'ajuster les paramètres. Les besoins en désinfectant sont croissants avec
l'augmentation de la température de l'eau, de la fréquentation et des U.V., mais fortement décroissant si la piscine est peu utilisée ou fermée.

CONSIGNES :
RÉGLAGES DE L'APPAREIL ELYSA POUR L'HIVERNAGE

FILTRATION
Sélectionner  F7 (avec démarrage idéalement à 6h00 du matin), l'appareil est équipé d'un dispositif hors-gel, cependant en cas de très fort gel (T°-7°C) sélectionner F9 pour filtrer en continu 24h/24.

ÉLECTROLYSE

  • Solution 1 :

S'assurer que le taux de désinfectant est entre 0,5 et 1 mg/L
Et arrêter l'électrolyse pour l'hiver en appuyant 2 fois sur la touche
Le message OFF apparaît alors pendant un instant et le témoin lumineux doit être éteint.

  • Solution 2

Sélectionner P6 (production fonction de la température de l'eau) et faire régulièrement une analyse du taux de désinfectant (mesure sel) à l'aide de bandelettes de façon à éviter une surproduction préjudiciable au coloris du liner (risque de décoloration). Le taux de désinfectant ne doit pas excéder 1mg/L.

BONDE DE FOND
 Si la piscine en est munie, vérifier les vannes correspondantes pour s'assurer qu'elle refoule afin d'éviter l'encombrement du préfiltre de la pompe.

SKIMMER FILTRE
Retirer le panier, le bloc cartouche et la cartouche filtrante du skimmer (sauf piscine sous abri), les nettoyer avant de les stocker. En lieu et place positionner un filtre EVERBAG disponible sur notre boutique en ligne et caler dans le skimmer un bloc polystyrène extrudé afin de le protéger contre le gel.
Dépose de la cartouche bloc de polystyrène extrudé poche filtre EVERBAG

Test par bandelettes réactives, comment faire ?

La bandelette est unique, elle simplifie la tâche plutôt compliquée de l'analyse de l'eau.
Elle vous donne un relevé précis du niveau de sel dans votre eau.

N'oubliez pas de refermer le tube pour ne pas renverser les bandelettes et pour qu'elles se conservent bien. Gardez les bandelettes dans un endroit frais et sec, à l'abri de la lumière directe du soleil.

Étape 1 : Prélevez un peu d'eau dans la piscine de sorte à remplir le fond d'une petite tasse, propre, environ 2,5 cm.

Étape 2 : Trempez l'extrémité inférieure de la bandelette d'analyse dans l'eau prélevée et attendez qu'elle soit imbibée d'eau. La partie supérieure jaune de la bandelette devient plus foncée une fois l'analyse terminée. Il faut généralement attendre entre 3 et 4 minutes.

Étape 3 : Retirez la bandelette de l'eau et déterminez l'emplacement le plus élevé du point blanc (crête blanche) sur l'échelle graduée de la bandelette d'analyse. Comparez la valeur avec le tableau figurant sur la tube.

Remarque : Tous les tubes Aquachek sont dotés d'un tableau spécifique aux bandelettes contenues dans chacun des tubes individuels. Veillez à utiliser le tableau correspondant pour analyser le niveau de sel.

Peut-on faire une chloration-choc avec un STERILOR ?

Le but premier d'une chloration-choc, lorsqu'une piscine est traitée à l'aide de produits classiques (chlore ou brome), est la destruction des chloramines qui se forment au cours du process d'action du chlore sur les matières organiques (urée, ...). Dans le cas du STERILOR, le taux de chloramines reste bien en deçà des seuils supportables dans la mesure où la cellule elle-même, lieu de production de l'hypochlorite, assure la destruction de ces chloramines, le break-point (taux élevé de chlore) y est atteint en permanence.

Une chloration-choc dans le cas d'une électrolyse de sel (STERILOR, STERIPHOR ou STERIPHOX) ne sera nécessaire que si le traitement du bassin a été interrompu ou n'a pas été suffisamment long pendant une certaine période.

OUI, il est possible de faire une chloration-choc avec un STERILOR après s'être posé quelques questions :

  • On a toujours intérêt à effectuer une chloration-choc avec un produit non stabilisé (eau de javel ou hypochlorite de calcium par exemple) pour éviter tout risque de surstabilisation dans le bassin avant de faire une chloration-choc s'assurer que le pH est bas (en dessous de 7,00) ou alors le baisser avec de l'acide chlorhydrique (20° Baumé) à raison de 1 litre pour 10 m3 sans grand risque. Attendre une heure entre les 2 opérations une chloration-choc est constituée par l'adjonction de 10 à 15 grammes de chlore par mètre-cube. S'assurer que la filtration est en marche pour éviter toute décoloration locale de la feuille d'étanchéité (liner)
  • Si plusieurs heures après une chloration-choc, le niveau de chlore actif est resté faible, procéder à une nouvelle chloration-choc (et ainsi de suite jusqu'à l'obtention d'un résiduel de 2 à 3 ppm au moins 6 heures après)
  • Les mesures de chlore actif par la méthode DPD sont inopérantes si le niveau de chlore actif est trop élevé
  • Ne jamais mélanger ni stocker du chlore organique (galets, granulés, ...) avec du chlore inorganique (hypochlorite de soude, - de calcium, - de lithium)
  • Ne jamais mélanger ni stocker ensemble du chlore sous quelque forme que ce soit et un acide (pH-minus ou acide chlorhydrique par exemple)

Est-il possible d'utiliser l'eau d'un puits ou d'un forage pour remplir une piscine ?

Nombreux sont les propriétaires de piscine qui souhaitent remplir leur piscine à partir de l'eau d'un puits qui existe sur leur terrain ou à partir d'un forage qu'ils ont fait réaliser pour arroser leur pelouse et jardin. Une seule raison les pousse à envisager cette solution : la tarification des eaux distribuées par les sociétés spécialisées évolue fortement à la hausse depuis quelques années.

Ils questionnent leur piscinier et présentent une analyse d'eau effectuée par un laboratoire où les paramètres biologiques et physico-chimiques sont mesurés. Que faut-il en penser ?

1- Dans 9 cas sur 10, les eaux de puits et de forage présentent des caractéristiques physico-chimiques déséquilibrées. Ces facteurs vont augmenter les difficultés en matière de traitement d'eau, que ce traitement soit effectué par produits chlorés ou par électrolyse de sel.

2- La plupart des analyses montrent que ces eaux ne sont pas potables. À partir du moment où une eau n'est pas potable, comment peut-on imaginer de laisser des enfants s'y baigner ?

3- Les teneurs en nitrates et phosphates de ces eaux les rendent extrêmement vulnérables aux contaminations par les algues et autres micro-organismes polluants en piscine. Même si les eaux du réseau ne sont pas toujours parfaites à ce sujet, elles sont au moins surveillées en permanence par des techniciens compétents.

4- On note souvent la présence de métaux dans les eaux de forage, présents sous forme d'oxydes métalliques ou de métaux lourds polluants. Les risques de tâches sur les parois, quel qu'en soit le matériau, sont réels.

5- Si l'eau du forage n'est pas utilisée dans des applications domestiques, nous la déconseillons pour remplir la piscine. Si elle n'est pas potable, si elle n'alimente pas le circuit des sanitaires (douches et lavabos), si elle n'est pas utilisée pour les appareils électroménagers (lave-linge et lave-vaisselle), pourquoi s'y baigner.

6- Le surcoût représenté par les heures de filtration supplémentaires, les produits neutralisant et de traitement nécessaire à l'obtention d'un résultat moyen et hypothétique rendent cette solution non-économique et inadaptée à la piscine.

Quand faut-il hiverner une piscine équipée d'un STERILOR ? Comment ?

L'hivernage d'un bassin peut être fait de deux façons :

  • Une façon passive où tous les équipements sont arrêtés (cas de la résidence secondaire,...)
  • Une façon active dans laquelle le bassin reste en fonctionnement, mais au ralenti

En termes de traitement d'eau et de désinfection, c'est à la température de 12°C que l'on commence à assister à des développements d'algues dans un bassin. Ce qui signifie que l'hivernage du bassin peut être envisagé dès lors que la température de l'eau est passée en dessous de ce seuil de 12°C. A contrario, il sera nécessaire de prévoir une remise en service de tous les équipements si la température de l'eau dépasse 12°C.&nbsp;</div>

PROCÉDURES D'HIVERNAGE

HIVERNAGE ACTIF
1. Régler le temps de filtration journalier entre 1 et 3 heures/jour
2. Équiper une sonde hors-gel (pour mettre en route la filtration 24h/24 en cas de fortes gelées à -5°C)
3. Régler le temps de fonctionnement du STERILOR entre 1 et 2 heures environ. L'aiguille du salinomètre sera en zone jaune, NE PAS RAJOUTER DE SEL EN HIVER
4. Passer à nouveau en mode normal en rétablissant les niveaux (eau, sel, ...) en mars ou avril dès que l'eau retrouve une température de l'ordre de 10 à 12°C.

HIVERNAGE TOTAL
1. Baisser le niveau de la piscine de 20 à 30 cm
2. Laver le filtre
3. Protéger tous les équipements électriques de l'humidité, soit en les déposant, soit par des moyens appropriés,...
4. Vidanger les circuits
5. Positionner les flotteurs et autres bouteilles d'hivernage visant à limiter les effets de la glace sur la structure
6. Veiller à ce que le gel ne puisse atteindre la cellule d'électrolyse ou les électrodes de mesure du pH (en cas de STERIPHOR) et du Potentiel d'Oxydo-Réduction ou Red-Ox (en cas de STERIPHOX)
7. Protéger l'eau par un algicide de longue durée (type POOL-PRO ou équivalent)
8. Reposer le tout au printemps, rétablir les circuits et tous les niveaux (eau, sel, pH,...)

Echauffements du coffret STERILOR- Le coffret du STERILOR semble chauffer anormalement. Qu'en est-il ?

Un électrolyseur de sel est composé d'un coffret électrique qui alimente une cellule dite cellule d'électrolyse. Le coffret est alimenté en 230 Volts (tension alternative 50 Hz délivrée par le réseau de distribution EDF ou équivalent) et ce coffret fournit à la cellule une tension redressée de l'ordre de quelques Volts (entre 4 et 9 Volts selon les modèles). L'appareil est conforme à des normes strictes en matière de sécurité électrique et a fait l'objet d'essais dans des laboratoires (LCIE, APAVE, etc...).

Les intensités électriques dans les divers conducteurs, du transformateur en passant par les circuits de redressements (triacs ou thyristors) jusqu'au câble d'alimentation de la cellule sont importantes (plusieurs dizaines d'Ampères).
Les échauffements extrêmes (échauffements normaux maximaux) autorisés par les normes sont indiqués ci-après. Il s'agit d'échauffements, c'est-à-dire d'élévations de température au-dessus de la température ambiante :

  • Ambiance interne dans le coffret : 30°C
  • Enveloppe secondaire du transformateur 140°C
  • Nappe de conducteurs secondaires : 50°C

Les valeurs mesurées (par les laboratoires cités plus haut) sur toute la gamme des appareils STERILOR sont inférieures à ces valeurs extrêmes.
Il est important de noter qu'il est possible de poser la main sur un coffret métallique qui s'est échauffé de 40°C au-delà d'une température ambiante de 25°C, c'est-à-dire à 65°C de température de surface. 

Quand la pompe de filtration est arrêtée ou en panne, y a t'il une incidence sur le stérilor avec ou sans horloge ?

NON, car si la pompe de filtration est arrêtée ou en panne, le STERILOR ne peut plus fonctionner puisqu'il est électriquement asservi à cette pompe.

Il faut, procéder à un traitement manuel en utilisant des produits non stabilisés (eau de javel) pour éviter tout risque de surstabilisation dans le bassin et contrôler le pH en attendant la réparation de la pompe.

Comment mesurer la salinité de l'eau ?

Bien que la plupart des appareils d'électrolyse de sel, y compris
le STERILOR, le STERIPHOR et le STERIPHOX, aient un indicateur de salinité, appelé salinomètre, il est quelquefois nécessaire de connaître avec davantage de précision la salinité de l'eau du bassin. L'aiguille du salinomètre
ou conductivimètre dévie en fonction de plusieurs facteurs, tous liés à la conductivité (résistance) électrique de l'eau :
La propreté des électrodes du STERILOR (selon la taille et l'épaisseur du cristal de carbonate de calcium)

La température de l'eau. Une eau à 30°C conduit beaucoup plus qu'une eau à 18°C. C'est pourquoi il est déconseillé de rajouter du sel quand l'eau est froide (inférieure à 18°C). La salinité de l'eau. La valeur du pH.

On comprend aisément que ces facteurs peuvent se combiner, ce qui rend d'autant plus difficile la mesure de la seule salinité. Cette mesure est utile dans le cas des remises en service au printemps, lorsque les pluies de l'hiver ont dilué l'eau salée ou lorsque le niveau d'eau a été baissé et qu'un appoint substantiel en eau fraîche est réalisé. Il est important aussi de souligner qu'un contrôle périodique de la salinité (qui doit rester au moins égale à 4 grammes/litre) permet d'assurer la longévité des électrodes de la cellule.

LA TITRATION PAR BANDELETTES :
Il s'agit d'une mesure par chromatographie en phase liquide. Un papier buvard imprégné d'un réactif est placé entre deux feuilles de plastique pour former un tube plat ouvert à ses deux extrémités (bas et haut). En plongeant l'extrémité inférieure de ce tube plat ou bandelette, l'eau va monter sous l'effet de capillarité à l'intérieur. L'eau va décolorer le papier sur une hauteur proportionnelle à la salinité. La lecture se fera une fois l'imprégnation de tout le papier buvard terminée. Un témoin (liseré jaune devenant bleu foncé/noir lorsqu'il est humide) situé en haut de la bandelette indique que l'imprégnation est complète. Un tableau donne la salinité en fonction de la longueur de papier décoloré.

ATTENTION : la lecture de la bandelette doit se faire sur sa boîte d'origine

Durée du test 5 à 10 minutes
Avantages : Simple et économique

Inconvénients :
Un peu long (quelques minutes)
Durée de vie limitée (péremption indiquée sur le flacon)
Craint les températures 30°C

Entartrage rapide ? Pourquoi les électrodes de mon STERILOR se couvrent-elles de calcaire à un rythme qui me semble élevé ?

Les électrodes du STERILOR 3000 peuvent se couvrir d'un cristal de carbonates de calcium (calcaire ou tartre) si certains facteurs sont réunis. En effet, ces électrodes sont alimentées par une très faible tension continue de l'ordre de 7 Volts et c'est sur l'anode que le calcium présent dans l'eau risque de se déposer et de cristalliser.

Les facteurs pouvant favoriser cette cristallisation sont :

1- Le pH de l'eau
2- L'équilibre calco-carbonique (équilibre entre le pH, le TH ou dureté et le TAC ou alcalinité totale)
3- La température
4- Le niveau de salinité
5- Le matériau utilisé pour les parois (inerte ou pas, par exemple liner ou enduit)
6- IMPORTANT à  la suite d'une période longue de sécheresse, la qualité des eaux est modifiée, notamment en ce qui concerne l'équilibre calco-carbonique, puisque les nappes phréatiques sont moins renouvelées.

Pour ralentir cette cristallisation, il y a lieu de vérifier à la mise en service les points suivants :
mesurer le TAC au remplissage et effectuer la correction selon les tables du livret de l'utilisateur
en cas de dureté élevée (TH), prévoir l'adjonction d'un séquestrant ou d'un dispersant de calcaire
en cas de déséquilibre important, prévoir une décarbonatation calco-sodique (à faire réaliser par un professionnel)
surveiller quotidiennement le pH qui doit rester au maximum égal à 7,20
La fréquence normale de nettoyage des électrodes est de 4 à 8 semaines la première saison. Si l'eau n'est pas changée tous les ans, on arrive à un équilibre dès la seconde année, seulement un nettoyage en cours de saison doit être prévu.

Pas de chlore dans l'eau ? Les tests colorimétriques ne montrent pas la présence de désinfectant ?

L'électrolyseur est un appareil qui transforme de façon temporaire le sel dissous dans l'eau en une substance désinfectante, appelée hypochlorite de soude.
L'hypochlorite de soude est un produit de la famille des halogènes dont la concentration dans l'eau peut être mesurée par les moyens habituels en piscines. Parmi les méthodes les plus couramment utilisées, on note trois procédés colorimétriques qui sont :

1- L'orthotolidine (OTO). Ce sont les gouttelettes assez communément utilisées qui sont supposées titrer le chlore total dans l'eau, sans distinction du chlore actif et du chlore combiné (chloramines). Ce test n'est donc pas précis, il est interdit en piscines publiques. L'orthotolidine est très toxique : ne pas porter à la bouche, ne pas boire et surtout ne pas rejeter l'eau du test dans la piscine.

2- Le DPD (Diethtyl-p Phenylène - Diamine). Le produit (sous forme de pastilles ou gouttelettes) ne mesure que le chlore libre en devenant ros" (jusqu'à 5 ppm de chlore). Il devient rouge si la concentration en chlore est comprise entre 5 et 10 ppm. Au-delà de 10 ppm, le test est non lisible puisque l'échantillon devient rosé pâle ou reste blanc (comme s'il n'y avait pas de chlore dans l'eau). Un test complémentaire permet de mesurer le chlore total (DP n° 3).

3- Les bandelettes de test qui combinent mesure du désinfectant, du pH et du TAC . En règle générale, ce matériel vient des USA et il est calibré pour des concentrations en désinfectant courantes dans ce pays, bien supérieures à celles qui sont utilisées en Europe. En d'autres termes, la bandelette ne commence à réagir que si la teneur en désinfectant dépasse 1 ppm.

Si le pH de l'eau est voisin de 7,20 et si un niveau de désinfectant est au moins égal à 0,3 ppm, l'eau est correctement désinfectée. L'électrolyseur étant un procédé de désinfection plutôt doux, on comprend aisément alors que les tests soient quelquefois muets sans pour autant mettre en cause la qualité de l'eau.

Une astuce pour mettre en évidence la production d'hypochlorite :
prélever l'échantillon d'eau au niveau des buses de refoulement. On doit noter entre 0,5 et 3 ppm (voire plus) de chlore libre. Si aucune trace de désinfectant n'est visible à cet endroit, se poser la question de savoir si l'électrolyseur fonctionne, si l'eau n'est pas en demande de chlore depuis quelque temps ou si au contraire il n'y a pas un excès de désinfectant.